31 mars 2012

Bad taste

      Il se dégage dans cette campagne électorale des relents nauséabonds. Le candidat que l’on ne doit pas nommer a bien compris que, chez les Français, la passion était plus puissante que la raison et, dans une hypothèse cauchemardesque chaque jour plus probable, il croit de plus en plus à sa réélection. Ce n’est qu’en atteignant le fond du gouffre que les Français trouveront la lucidité nécessaire pour voter pour François Bayrou. Tant que le fond du gouffre n’est pas atteint, les illusions, les beaux discours et les énergiques coups de mentons conserveront leur pouvoir hypnotique. Ô France, nation prédestinée pour les malheurs exemplaires et les sursauts héroïques !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire