15 octobre 2020

Fiodor Dostoïevski : L'Idiot



Lu L'Idiot de Dostoïevski, sans grand plaisir, je dois le reconnaître. La première partie est encore intéressante, mais tout le reste m'a semblé atrocement long et ennuyeux. Je n'ai simplement pas compris l'intérêt de ce roman. Je n'ai pu me raccrocher à rien. Je crois comprendre que le prince Mychkine, l'Idiot, est une sorte de représentation du Christ, mais ce n'est jamais vraiment explicité ni approfondi dans l'ouvrage. Sa seule tirade personnelle est une tirade contre l'Église catholique. A part ça, rien. Tout cela m'a paru un pur tissu d'incohérences et de bavardages. La structure du roman est un mystère pour moi : on nous présente Nastasia Philippovna et Rogojine comme les personnages principaux, et on ne les voit presque pas, un peu au début, puis à la toute fin. Tout le cœur du roman est monopolisé par des personnages secondaires : Lébédev, Hippolyte, etc. Je n'ai jamais vu ça. Et la psychologie des personnages correspondait peut-être à quelque chose de réel à l'époque, mais elle absolument fantaisiste, incompréhensible, ridicule de nos jours. Nastasia et Aglaé, qui sont présentées comme des jeunes filles avenantes, très jolies, tombent toutes deux amoureuses du prince pour sa grandeur d'âme, sa « noblesse de cœur », et veulent l'une et l'autre l'épouser, se le disputent, etc. Et encore, ce n'est jamais vraiment explicité, tout fonctionne par allusions, sous-entendus. Non, vraiment, je n'ai rien compris à ce roman, je suis trop latin, trop romain, trop classique pour cette psychologie russe. J'espère ne plus souffrir autant pour mes prochaines lectures.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire