27 février 2012

La fin de la nuit

      Un cauchemar de cinq années va s’achever dans quelques semaines. Comment tout ceci ne nous inspirerait-il pas de fécondes réflexions ? Quel a été le fruit de toute cette agitation, de toute cette ambition, de toute cette comédie ? De la fatigue, de la contrainte, de la peur, et rien de plus. Pendant ce temps, le chômeur exécré reste chez lui, regarde les étoiles et lit Mallarmé. Ô France, ne sens-tu pas en ton sein le doux frémissement annonciateur d’une aube nouvelle ?

Aucun commentaire:

Publier un commentaire