23 mars 2012

Esther

      Relu Esther de Racine avec beaucoup de plaisir. Racine est notre seul vrai classique : Corneille est baroque, La Fontaine est épicurien, Molière est anarchiste. Seul Racine a vraiment structuré son univers mental sur ces deux piliers que sont la religion et la monarchie. En ce qui concerne Esther, le premier acte est sans doute le meilleur. Ensuite, c’est surtout une paraphrase linéaire de l’épisode biblique, dans laquelle les personnages se révèlent assez peu. On sent que ce n’est pas un sujet tragique, il n’y a pas ces dilemmes, ces nœuds, ces retournements qui caractérisent le genre. Tout le charme de la pièce tient dans sa tonalité.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire