3 mars 2012

La Voie et la distraction

      Le but de la vie est de trouver sa Voie et d’y progresser toujours davantage. Bien entendu, la Voie, par définition, s’oppose à tout le reste, qu’il s’agit dès lors d’écarter. Comme l’écrit l’auteur de l’Hagakure : « Il ne faut jamais se laisser distraire de la Voie du samouraï. Il en va de même pour tout ce qui porte le nom de Voie. » Mais c’est précisément en cette multiplicité de Voies possibles que réside toute la difficulté. Lorsque l’on s’engage dans une Voie, au bout d’un certain temps elle devient insipide, elle adhère tellement à notre personne et à notre quotidien qu’on ne la sent plus, et dès lors toutes les autres, toutes celles que l’on a rejetées pour se consacrer à la sienne, deviennent plus séduisantes. Or dès que le désir s’instille dans notre âme, c’est fini, on a quitté sa Voie.
       Il y a là une vraie difficulté, et je ne trouve qu’une seule façon de la résoudre : En réalité il ne peut pas y avoir plusieurs Voies. Il n’y a qu’une seule Voie, comme il n’y a qu’un seul âtman. Dès que l’on est convaincu que sa Voie est la Voie, et que les autres sont illusoires, alors on atteint l’unité, et il n’y a plus rien à poursuivre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire